Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avant d'entrer dans le vif du sujet, une petite mise au point : je ne suis pas blogueur, ni critique littéraire... Si je parle d'un livre, c'est que je l'ai aimé et que j'ai envie de partager mon ressenti. Ceux qui m'ont laissé indifférent ou ne m'ont pas transporté, je n'en parle pas.

Ceci étant dit, vous pouvez imaginer que ce Quelqu'un comme elle n'entre pas dans cette dernière catégorie. Ce n'était pourtant pas gagné car Magali, grande bavarde, imaginant sans doute que je ne lirais pas son roman, m'avait un jour dévoilé le mécanisme de celui-ci... J'ajoute également qu'ayant eu des retours dans ce sens, elle me l'a présenté comme un polar "féminin". 

Malgré tout, j'avais envie de découvrir cette plume que je connaissais déjà un peu au travers de quelques poésies et de la fameuse nouvelle faisant l'objet du précédent post. Je me suis donc dit que les vacances étaient un bon moment pour lire un bouquin dont je n'étais a priori pas la cible et dont je connaissais déjà la trame.

Grand bien m'en prit !

J'ai abordé l'ouvrage comme on regarde un épisode de Columbo. On sait dès le départ qui est le coupable mais l'intérêt repose dans la manière dont le lieutenant démêle l'intrigue et tire les ficelles. Et, connaissant par avance les-dites ficelles, j'avais un oeil d'autant plus critique. Un détail inopportun, une erreur de time-code, une fausse piste trop grosse, m'auraient à coup sûr attiré l'attention. Eh bien, rien ! L'intrigue est tracée au cordeau. On prend un malin plaisir à suivre les investigations de deux flics sympas aux prises avec... des femmes ! Beaucoup de femmes. Victimes, suspectes, témoins, etc. Des femmes ! C'est sans doute la raison pour laquelle Magali parlait d'un ouvrage féminin. C'est du moins la seule raison que j'ai trouvée car mon intérêt "d'homme" ne s'est pas émoussé ni arrêté à ce détail. 

Difficile d'en dire plus sur l'intrigue en elle-même sans trop en dévoiler, la quatrième de couverture étant déjà, à mon sens, un peu trop explicite. Raison pour laquelle je ne l'ai pas reprise ici. Mais, même s'il est possible de comprendre assez vite le mécanisme, l'intérêt reste intact. Et l'épilogue, particulièrement surprenant...

Au niveau du style, c'est ce que j'aime. On ne se perd pas dans de longues descriptions inutiles. Le langage est incisif, parfois recherché sans être incompréhensible. L'ensemble est documenté, sans être didactique (j'en sais désormais plus sur les gens du voyage, par exemple). 

Si, j'ai quand-même une petite critique, mais je la confierai à l'auteure en espérant lui arracher un pauvre sourire ;-)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :